Photo

A la rencontre de Superbus et de son batteur (DW) Greg Jacks, en concert au festival Les Voix du Gaou.
Le « Sunset Tour » de Superbus ne fera pas seulement référence ce jour-là au nouvel album du groupe, mais également à cette chaude journée d’été 2013. Elle débutera pour nous en plein milieu d’après-midi pour une rencontre programmée avec Greg Jacks, au milieu des pins de la presqu’île du Gaou.
Greg est un habitué de l’école américaine du show business.
Photo

Entre LA en Californie et la France, son cœur balance. Il nous offrira une disponibilité dynamique des plus professionnelle. Nous commencerons avec lui notre reportage sur scène, pendant la mise en place de sa batterie, un prototype en acrylique, en cours de développement avec DW et qui verra le jour pour un modèle abouti en octobre de cette année.
Sur cette tournée, Greg s’accompagne de la fameuse caisse claire en acier DW Vintage Steel en finition laiton. Puissante, résonnante et claire, elle s’accorde parfaitement au son de ses fûts.
Le reste du groupe fera son apparition en fin d’après-midi, le temps d’une balance et d’interviews télévisées qui s’enchaîneront jusqu’au repas du soir.
Au loin, de l’autre côté du golfe, le ciel s’assombrit depuis quelques heures déjà. De plus en plus menaçant, les craintes d’un déluge se font sentir… 20h00, le public de plus en plus nombreux, s’amasse devant la scène.
Photo

L’orage éclate, déversant des centaines de litres d’eau sur les bâches du toit qui couvrent cette énorme scène, obligeant les techniciens à monter à 25 mètres de haut pour délester la structure de ce poids.
Le staff entier s’affaire pour protéger le matériel et les circuits électriques. C’est une partie délicate qui s’engage. Les visages sont tendus, interrogés.
Photo

Après une demie heure, l’orage se calme. Plus de 4000 personnes détrempées défient les éléments, pataugeant dans la boue. Bien décidé à faire la fête, ils attendent le show…
Les riffs et les rythmes soutenus annoncent un programme de morceaux engagés, suscitant forcément les gestes de la « rock attitude » de nos guitares héros.
L’esthétisme frais et caractérisé du groupe, fan des films de Tarantino et des Pin-up des années 50, associé à leur inspiration issue des années After-Punk et Pop, apporte au spectacle une dynamique délicieuse.
Greg impose sa puissance et le flot rythmique. Les musiciens ouvrent un boulevard musical sur lequel la belle Jennifer s’installe, sous le « sunset » local enfin retrouvé.
Frank Haesevoets
Photos ©2013 – Frank Haesevoets & Laurent Decavele