Le bon entretien de votre clarinette
Ce qu’il faut savoir :
La clarinette est un instrument fragile et doit être manipulée avec grande précaution. Il faut éviter au maximum de créer une tension sur le clétage, c’est pourquoi la prise en main et la manipulation de l’instrument doivent toujours se faire dans les zones où il n’y a pas (ou peu) de clés, exemple par le baril, par le pavillon ou par dessous les clés.
Les ennemis de la clarinette sont les écarts d’hygrométrie et de température, aussi il faut veiller à garder l’instrument dans une atmosphère stable et bien élimer l’humidité après chaque utilisation.
Le montage :
Une fois l’étui ouvert à plat sur une surface stable, vérifiez que les lièges des tenons ne sont pas secs (manque de graisse). L’idéal est de toujours graisser les lièges après le démontage pour laisser la graisse nourrir le liège au repos. Si cela n’a pas été le cas, utilisez le bâton de graisse avant le montage. Tous les emboitements devront se faire en imprimant une légère rotation, pour éviter d’abimer les lièges des tenons.
1ère phase : montage corps du haut – corps du bas
Prenez le corps du haut de la main gauche en positionnant la paume de la main en dessous et appuyez les doigts sur les anneaux pour lever la clé de correspondance.
Prenez le corps du bas avec la main droite en positionnant la paume en dessous de façon à caller la clé de si (dernière clé), le pouce se positionne sur la clé de do pour bloquer l’appui.
Présentez les 2 corps en évitant d’aligner les clés de correspondance, pour permettre d’effectuer une rotation lors de l’emboitement des 2 corps.
Photo
Une fois les 2 corps positionnés, alignez parfaitement les 2 clés de correspondance (corps haut au dessus du corps bas)
Relâchez les anneaux du corps haut pour vérifier l’alignement et le bon appui de la clé de correspondance.
Photo
2ème phase : montage du pavillon
Prenez la clarinette de la main gauche, paume en dessous et emboitez le pavillon de la main droite tout en imprimant une rotation.
Photo
3ème phase : montage du baril
Tenez la clarinette de la main gauche (pour les droitiers), paume en dessous et appuyez le pavillon sur votre cuisse pour permettre une pression verticale sans forcer sur les clés.
Emboitez le baril de la main droite tout en imprimant une rotation.
Photo
4ème phase : montage du bec
Emboitez le bec sur le baril, vérifiez que la table du bec soit alignée avec la clé 12 et le support pouce.
Montez la ligature sur le bec. Glissez l’anche (préalablement humectée) sous la ligature en commençant par le talon de l’anche. Commencez l’ajustage et serrez modérément la ligature. Positionnez l’anche précisément (centrée sur la table et à fleur du bout du bec) et fixez (sans bloquer) l’anche en serrant la ligature. Mettez toujours le couvre bec pour protéger l’anche lors de la manipulation de la clarinette
Photo
Le démontage :
Il s’effectue exactement dans les phases inverses du montage.
Le nettoyage quotidien :
Après chaque utilisation, et après avoir démonté votre clarinette, il est indispensable de passer un écouvillon (chiffon en chamoisine attaché à un fil plombé) dans chaque partie de la clarinette et d’insister sur les tenons pour éliminer toute humidité résiduelle. L’écouvillon doit être bien déplié avant de le passer dans les différentes parties, pour éviter un bourrage (notamment au niveau de la cheminée de la clé 12).
Photo
Certaines clés restent en appui sur le corps (essentiellement les clés de cadence), ces clés doivent être particulièrement bien asséchées avant de ranger votre instrument. Il suffit de souffler fortement sur les cheminées, clés levées.
Un nettoyage des clés est aussi important à l’aide d’un chiffon (spécial argenture ou microfibre non pelucheux) pour élimer les traces acides de la transpiration.
Le stockage longue durée :
Dans le cas où vous pensez ne pas jouer votre instrument durant plus d’une semaine, il faudra insister encore plus lors du nettoyage pour éliminer l’humidité et intercaler, sous les clés en appui constant sur la clarinette, une feuille de papier à cigarette ou de papier poudré, ceci pour éviter que la baudruche du tampon ne colle sur la cheminée et ne se déchire dès la prochaine utilisation.
Photo
Sur le long terme :
Comme tout instrument de précision, une clarinette doit être vérifiée au moins une fois par an par un technicien spécialisé. Tout au long de son utilisation, les tampons et les clés perdent en précision. Le musicien ne s ‘en aperçoit pas toujours immédiatement, et compense le problème par sa technique, jusqu’au jour où plus rien ne répond.
Le spécialiste saura déceler la moindre imperfection et vous restituera votre instrument dans sa capacité optimale.
Texte : Samuel Tassin, Expert Vents GEWA France